Quand exploitation forestière rime avec gestion durable.

L’association locale de Forestiers Privés des Vosges « de Rambervillers-Dompaire »  présidée par Daniel Lhuillier, a organisé une formation sur le thème de la dynamisation de la sylviculture dans une forêt feuillue en retard d’éclaircie.  La visite s’est déroulée dans la propriété de Nicolas TOQUARD à DOMEVRE/AVIERE le jeudi 20 juin, en partenariat avec le Centre Régional de la Propriété Forestière (C.R.P.F) représenté par Michèle FLAMBARD, technicienne forestière. C’est le propriétaire, ingénieur forestier de formation, qui a été le principal animateur de l’après-midi. 46 personnes ont répondu à l’invitation dont Claude LHUILLIER, adjoint au maire, représentant la commune et Roger PERRIN, président de Forestiers Privés des Vosges.

 

Sur un parcours de 3 km, les participants ont pu observer des exemples d’interventions dans une forêt vieille d’une centaine d’années où aucune coupe n’avait été réalisée depuis une cinquantaine d’années. M. Toquard a insisté sur le fait qu’il n’y avait pas un modèle unique en matière de sylviculture mais qu’il fallait savoir appliquer des méthodes variées en fonction des objectifs du propriétaire et de l’état de la forêt. Il a cependant fait la démonstration de l’utilité des coupes pour améliorer la production forestière. Dans cette forêt achetée il y a six ans, la démarche a d’abord consisté à ouvrir des cloisonnements puis à sélectionner les arbres intéressants afin de les détourer en plusieurs passages pour éviter une mise en lumière trop brutale. Ce travail a fourni du bois de chauffage à une quinzaine de personnes, en particulier les habitants de la commune.

 

Les aléas climatiques sont de plus en plus fréquents et violents ; ils fragilisent les arbres. L’éclaircie leur permet un meilleur accès à la ressource en eau et limite donc les stress hydriques, ce qui réduit l’impact des sécheresses. Le mélange d’essences est également un moyen de limiter ces risques. M. Toquard a également souligné avec insistance la nécessité d’être très attentif aux sols qui sont très fragiles et peuvent être fortement dégradés par des exploitations mal maîtrisées alors qu’ils conditionnent directement la fertilité de la forêt. En ce sens, il a souligné le rôle capital des bûcherons et débardeurs dans la préservation de la forêt en précisant qu’il y a lieu de les rémunérer au juste prix.

 

Enfin, le propriétaire a expliqué sa vision de la forêt : la multifonctionnalité. Les forêts lorraines assument à la fois des fonctions sociales et de production tout à fait compatibles d’après-lui avec les aspects environnementaux. Il a ainsi égrainé de nombreuses actions favorables à la biodiversité qui peuvent facilement être mises en œuvre par tous les propriétaires. 

 

La visite s’est terminée sur place par une collation. Les participants soulignant le travail judicieux réalisé et l’intérêt des enseignements prodigués, qui faisaient en particulier la démonstration de la possibilité de couper du bois dans le cadre d’une gestion durable.