Actualités

Plan de relance forestier : L’instruction technique est parue

Retrouvez sur le site du CRPF Grand Est le numéro 11 du journal Forêts Privées du Grand Est qui doit arriver dans vos boîtes aux lettres dans quelques jours.   A l'intérieur du journal, dossier technique avec 4 pages explicatives des aides possibles du Plan de relance.   Consultez ces...

En savoir +

Association forestière locale de Fraize-Provenchères sur Fave : Exemple réussi de plantation mélangée, des idées pour replanter dans la situation sanitaire actuelle de nos forêts !

Vendredi 23 octobre dernier, entre deux confinements COVID, l’association locale des Forestiers privés des Vosges a invité ses adhérents à une demi-journée de formation sur le terrain à saint Léonard sur  l’intérêt des plantations mélangées.   Une quarantaine de personnes avaient répondu à l’invitation malgré un temps maussade, preuve que...

En savoir +

Journée de formation Association Montagne Centre et Sud : Le suivi des jeunes peuplements mélangés en forêt privée

               Le suivi des jeunes peuplements mélangés en forêt privée   Une journée de formation s’est déroulée vendredi dernier sous le patronage de Forestiers Privés des Vosges et avec le concours de Dominique Chery, technicienne du service Forestier de la Chambre d’agriculture des Vosges.   Elle était organisée par l’association...

En savoir +

Forêt Privée Vosgienne et Plan de relance gouvernemental 2020

Nos forêts sont très durement touchées par le changement climatique. La forêt du  Grand Est et particulièrement celle de notre département connait depuis trois ans une crise sanitaire sans précédent (scolyte de l’épicéa, dépérissement des sapins et des hêtres, chalarose du frêne, chenilles processionnaires des chênes).   Tant pour la...

En savoir +

Assemblée 2020 de l’Association locale FPV de Rambervillers à Dompaire et conférence de Nathalie BREDA directrice de recherches à l’INRA de NANCY-CHAMPENOUX

L’association forestière locale de Rambervillers à Dompaire, a tenu son assemblée générale le 28 février au restaurant « La Coupole «  à Rambervillers, suivie l’après-midi à Brouvelieures par une conférence sur le thème de « sécheresse et forêts », sous la conduite de Madame Nathalie BREDA directrice de recherches à l’INRA de NANCY-CHAMPENOUX et par ailleurs, adhérente et administratrice de l’association. Cette dernière manifestation était co-organisée avec les associations de Fraize à Provenchère et Senones. Le matin 31 adhérents ont répondu à l’invitation tandis que pour la conférence, ce sont 140 personnes qui se sont pressées à la salle des fêtes du village. C’est dire si les propriétaires forestiers sont déboussolés et sont à la recherche de solutions face au dépérissement de leurs forêts et à la reconstitution de celles-ci.

 

La matinée a été consacrée aux traditionnelles questions statutaires (bilan moral et financier, élection du conseil d’administration etc..). Le président a manifesté sa satisfaction en notant la progression de l’ordre de 21% des adhésions. Satisfait aussi de l’activité 2019 avec notamment l’organisation de la maladie de Lyme à THAON LES VOSGES avec le professeur Perronne qui a été un énorme succès. Il a tenu à encore remercier son équipe qui a été d’une efficacité remarquable. Il a également été question de projets pour 2020. Une sortie de 3 jours est programmée en octobre en bourgogne et Dauphiné sur les traces du chêne de la forêt à la tonnellerie et jusqu’à la distillerie de whisky.

 

Roger PERRIN, président de Forestiers Privés des Vosges à fait le point sur la nouvelle procédure de la gestion de la chasse qui sera désormais dévolue aux fédérations départementales.

 

Un repas a été pris en commun sur place, ce qui est toujours un moment de convivialité et d’échange.  

 

La conférence de Madame BREDA, s’est appuyée sur le plan scientifique des incidences climatiques sur la physiologie des arbres. Elle a fait le point sur les avancées de ses recherches. Il est une évidence, nous allons devoir changer notre vision des forêts du futur en nous adaptant rapidement aux exigences climatiques. En clair, il va falloir avoir à l’esprit qu’il nous faudra adopter des essences qui ne nous pas familières sous nos contrées. Des tests sont en cours, si certains sont encourageants, il est encore trop tôt pour en tirer des conclusions. Le gros souci reste l’inadéquation entre la rapidité du changement climatique et la faculté d’adaptation très lente des essences non autochtones qui pour certaines restent très fragiles face aux températures négatives. La période de transition s’annonce longue.

En savoir +